État des lieux après un mois de confinement 

Nous l’avons abordé dans notre précédent article, la crise du Covid-19 restera longtemps gravée dans les esprits. Les conséquences, que nous sommes dans l’incapacité de mesurer à ce jour, seront colossales et dramatiques.

De nombreux acteurs du tourisme -et pas seulement- voient leur entreprise en danger imminent, et pour beaucoup se pose la question de la survie à court terme. Pour les hôtels, restaurants, et la plupart des activités touristiques, nous pensons aux loueurs de vélos, de bateaux, aux prestataires d’activités nautiques, aux conciergeries, parmi tant d’autres, l’activité a été presque réduite à néant avec une perte de chiffre d’affaires proche de 100% pendant la période de confinement. Les incertitudes à ce jour quant aux modalités de déconfinement renforcent les inquiétudes de tous.

L’effet du Covid-19 : vacances de Printemps et ponts de Mai réduits à néant

Certes, il ne s’agit pas de la « haute saison », mais, pour le secteur géographique de la Gironde et en particulier le bassin d’Arcachon, cette année 2020 avait particulièrement bien démarré avec une belle anticipation des réservations, un taux de remplissage prometteur pour les vacances de printemps, toutes zones scolaires confondues, un pont de l’Ascension pris d’assaut -du 20 au 24 mai-. Si ce dernier pont de Mai semble fortement compromis, celui-ci étant souvent l’occasion de regroupements et événements familiaux, les vacances de printemps ont été purement et simplement annulées pour tous les vacanciers qui avaient effectué des réservations.

En outre, l’impact Covid-19 s’est fait sentir bien au-delà de la période de confinement, nous avons en effet observé des annulations de séjour pour différentes raisons :

  • Événements familiaux (baptêmes, mariages, etc.) annulés ;
  • Événements sportifs et culturels annulés, nous pensons par exemple au championnat du monde de tennis de table vétérans, prévu à Bordeaux en juin 2020, reporté l’an prochain, qui avait généré un nombre important de réservations ;
  • Incertitudes relatives à l’ouverture des frontières en Europe et hors de l’Europe et à la desserte aérienne, assurée ou non ;
  • Risque de fermeture prolongée des restaurants, musées, lieux de visite, réduisant fortement l’attrait de certaines destinations, ce dernier point a fortement impacté les réservations à Bordeaux.

La situation en quelques chiffres 

Avant l’annonce officielle du confinement en France, nous avions une saison qui s’annonçait prometteuse, meilleure que 2019. En un mois, entre le 16 Mars et le 20 Avril, nous avons perdu 47% de nos réservations de l’année : en toute logique, nous avons annulé 100% des réservations planifiées entre le 16 Mars et le 11 Mai, et d’autres annulations ont été effectuées pour les raisons évoquées ci-dessus. Parmi les réservations restantes enregistrées à ce jour, pour la période postérieure au 11 mai, 40% concernent toujours des clients étrangers. En fonction des annonces à venir quant à l’ouverture ou non des frontières en Europe, nous pouvons donc attendre d’autres annulations. Nous pensons notamment aux Belges, aux Suisses, aux Allemands, aux Britanniques, aux Irlandais qui représentent 30% de nos réservations. Certains nous ont d’ailleurs écrit pour nous informer qu’ils souhaitaient maintenir leurs séjours, si cela leur est permis…

Reste-t’il une lueur d’espoir malgré la pandémie ?

Depuis le 13 avril, nous avons enregistré un regain du nombre de réservations, pour les mois de Juillet et Août, ce qui nous conforte dans les choix stratégiques adoptés développés dans notre dernier article. Nous pouvons relever quelques caractéristiques intéressantes sur les profils et motivations de ces vacanciers, avec lesquels nous avons eu quelques échanges téléphoniques afin personnaliser le contact :

  • 100% sont français
  • La plupart ont annulé des séjours prévus à l’étranger, dont ils ne sont que partiellement remboursés (en particulier sur les vols).
  • Dernier point et non des moindres, il s’avère qu’ils ont choisi nos locations parce qu’elles correspondaient à leurs attentes, en toute logique, en termes de niveau de prestation, emplacement et capacité, mais aussi et surtout en raison des conditions d’annulation très flexibles que nous avons mises en place. Plus que jamais, il semble primordial de les rassurer sur ce dernier point.

Et maintenant ?

Nous poursuivons la stratégie adoptée il y a quelques semaines, en particulier sur la flexibilité des annulations, l’ouverture à de courts séjours en Juillet, la communication relative à la désinfection des locations lors des rotations, le ciblage d’une clientèle française.

Aussi, nous mettons en place actuellement des partenariats avec des acteurs locaux du tourisme, car nous pensons qu’il est plus que jamais essentiel de montrer nos complémentarités, et de travailler ensemble, de façon solidaire. Les vacanciers gagneront une prestation globale de service de meilleure qualité, plus complète, plus pratique -cela sera évoqué dans un prochain article- et cela permettra, nous le souhaitons, de contribuer à relancer les activités qui gravitent autour de l’hébergement touristique.